Antoine Guillon

Sportif de haut niveau

Ultra Trail

Coureur depuis 40 ans, Ultra trailer depuis 20 ans, ce sport est devenu un art de vivre. Il engage une réflexion permanente sur l’équilibre de vie afin que je puisse donner le meilleur de moi sur des épreuves internationales qui durent parfois plus de 24 heures.

J’ai trouvé dans l’Ariège sève de bouleau un soutien important qui en plus de me permettre en trois semaines une excellente remise à niveau minérale, accompagne et booste mon effort le jour J, puis m’aide à reprendre rapidement mon activité.

Meilleur sommeil sur la période pré-compétitive, meilleure récupération après les grosses séances, l’Ariège sève de bouleau me prépare à aborder mes objectifs avec confiance et efficacité.

Antoine Guillon

Palmarès

  • 15 Grand Raids de la Réunion, avec 1 victoire, 5 seconde places, 1 troisième…
  • Champion de l’Ultra trail World tour 2015
  • Recordman du tour de l’île de la Réunion sur route, 212 km / 1700m+ en 20h38
  • 6 victoires sur Cami de Cavalls 185 km depuis 2016
  • 4 victoires sur la Transmartinique
  • Environ 140 podiums de trails

Projets à venir

  • Début décembre, Transmartinique, 138 km / 5300m+ sous réserve, ou 80 km en Grèce mi novembre. Epreuve décontractée. Défini cet été.

compte rendus d’après courses sur l’utilisation de notre sève de bouleau

29 Mai 2022 –  Post Course Cami de Cavall’s à Minorque, 185 km / 3300m+ :

C’était visiblement très intéressant.

Tout d’abord, il s’est passé une première semaine d’adaptation, le temps nécessaire pour trouver la solution agréable à boire le breuvage. C’est à dire que boire froid le matin au réveil n’est pas pour moi la meilleure mise en route. J’ai plutôt pour habitude de boire un jus de citron dilué dans un demi verre d’eau tiède.

Du coup, j’ai placé la bouteille au bain marie pour consommer tiède et c’était top.

Fin de première semaine, je commence à diminuer mon temps de sommeil. C’est juste une remarque qui se confirme tout à fait la semaine suivante. Côté entraînement, rien de particulier.

Fin de la seconde semaine, je me lève plus tôt, en forme, avec l’envie d’en découdre ! C’est à dire que j’ai vraiment envie de partir courir et de me programmer du vélo en plus, voire d’allonger les séances. C’est ce que je fais, sans augmentation de performance, mais donc de charge, ce qui revient tout de même à dire qu’il y a un plus.

Fin du cycle, je charge toujours autant, et en plus j’améliore mes temps de passage en côte (comparé au début du cycle, à hauteur de 5 à 6 %).

Par ailleurs, je dois diminuer mon entraînement durant deux jours afin de surcompenser juste avant mon échéance « Cami de Cavalls », et il s’en suit une forme au top du top.

Concernant la course, je prends un départ serein, content qu’il fasse très chaud, car habituellement je la passe bien, et la forme du moment me met en confiance. Effectivement, le cardio ne monte pas outre mesure, je cours très régulièrement sans connaître un seul coup de moins bien. Je dois dire que cela est assez fréquent chez moi tout de même, mais pour autant, avec la chaleur présente (31°), j’ai le sentiment que j’étais au top niveau en charge minérale. Aucune gêne du côté alimentaire et digestif, c’était un effort très linéaire.

Au final, je termine avec plus de 2h d’avance sur le second, puis je récupère très bien, sans courbatures (assez habituel chez moi, mais là-encore après un effort prolongé à la chaleur c’est excellent).

Je n’ai pas changé mon protocole de reprise, c’est à dire du vélo au 4e et 5e jour, puis course à pied au 7e. Par contre, j’ai repris en course à pied avec davantage de distance, sans signe de fatigue musculaire apparente, ce qui pour le coup est inhabituel.

En résumé, une optimisation du métabolisme de récupération, d’où un sommeil plus court, une recharge minérale au top, une amélioration des capacités anaérobies (en rapport avec mon entraînement à la chaleur), accompagnées d’une grande envie de m’entraîner et de résultats probants.

Je reste à ta dispo pour échanger.

Merci !

Amicalement

Antoine

01 Novembre 2022 –  Post Course La diagonale des fous « La réunion » :

Côté sommeil, j’ai constaté un meilleur endormissement à partir d’une semaine de cure, puis la durée du sommeil à diminué d’environ 1h, comme précédemment pour Cami de Cavalls.

Ce phénomène dure encore, près de 3 semaines après.

Côté musculaire je n’ai pas pour habitude d’avoir des douleurs mais après un bon volume je me suis senti aussi décontracté ; un bon signe de récupération rapide.

Côté motivation, la cure produit un effet boost sur le mental, grâce au bon équilibre qu’elle apporte. L’envie d’allonger la durée des séances ou d’enchaîner plus copieusement est nette, et cela vers la quinzaine de jours de la cure.

Avant la cure, j’ai totalisé 105h d’entraînements entre le 10 août, et le 10 septembre avec les sensations de fatigue qui vont avec. La cure du 22 sept au 13 octobre m’a encore permis de réaliser 104h entre le 10 septembre et le 10 octobre, avec cette fois une meilleure assimilation. J’estime sur une échelle de 1 ( rien) à 5 ( beaucoup) les bienfaits portés entre 3 et 4.

Durant l’épreuve, c’est encore en seconde phase de course que je ressens une différence. A l’image de Cami de Cavalls, la fin de course ne pose aucun problème pour relancer la machine.

Passée l’épreuve, première rando 3 jours seulement après. Les jambes ne répondent pas vraiment, je suis au ralenti, mais sans douleur. Reprise du trail après 6 jours, pour 1h cool, sans gêne et à rythme tranquille, encore un bon signe. Le vélo quant à lui est revenu dès le 5e jours, parfait.

Les nuits sont toujours très agréables, d’une traite (hormis pour uriner) et réparatrices. Je sais d’expérience que d’ici quelques semaines elles redeviendront un peu hachées.

Amicalement,

Antoine

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videRetourner à la boutique